Haptopsychothérapie

L’approche haptonomique a été fondé par Frans Veldman, médecin néerlandais. Confronté à la souffrance humaine lors de la seconde Guerre Mondiale, et à tous les problèmes de santé qu’il voit se développer dans de tels vécus, Frans Veldman a une question en tête : Qu’est-ce qui rend un être humain fort essentiellement ? Qu’est-ce qui fonde en un Elie Wiesel, en une Germaine Tillison une sécurité interne si profonde et une telle vitalité chevillée au corps ?

Il comprend que l’affectif dépasse le psychosomatique. Il observe qu’une présence affective sécurisante, accompagnée notamment par le contact, aide au développement d’un état de sécurité chez l’autre, malade, vulnérable, affaibli, qui permet de faire appel à son élan vital et de solliciter toutes les potentialités de son être.

Avec des compétences approfondies en médecine interne, Frans Veldman fonde en 1945 un institut de recherche pour s’engager dans cette approche scientifique des interactions et relations affectives des humains, dont la représentation à ses yeux réunit psyché, soma et sentiment.

L’haptopsychothérapie vise à aider la personne à établir, retrouver, restaurer ou développer une santé psychique bien équilibrée.

Là où la psychanalyse s’attache aux symptômes et aux causes profondes, l’haptopsychothérapie s’appuie sur le développement de la partie saine de la personne pour la faire croître et grandir[1].

Elle s’adresse aux personnes adultes en souffrance existentielle ou présentant un malaise existentiel, confrontées à un sentiment de frustration, de traumatisme ou d’incomplétude de leur être qui ont un impact perturbateur sur la vie individuelle.

Elle s’adresse aussi aux enfants et adolescents qui souffrent de problèmes d’épanouissement de leur être, d’individuation, de crise d’identité, de difficultés dans des processus d’apprentissage scolaires ou éducatifs.

Elle offre à la personne accompagnée, la possibilité de découvrir et de mobiliser en toute autonomie ses propres ressources liées à ses désirs vitaux et son élan de vie, fondements de l’existence[2], autorisant ainsi l’authenticité et le partage avec les autres.

[1] In L’Haptonomie, Au contact de la vie, Décant-Paoli, D. – Magazine Sens & Santé, janvier/février 2018.

[2] Veldman, F. (1989), Haptonomie, Science de l’affectivité, PUF (9ème édition corrigée), p 578.